Reportage

Q&A avec notre acheteur de légumes bio

Il cherche des fournisseurs, définit l’assortiment, établit les chartes qualité, s’occupe des tâches administratives et s’assure que des légumes bio tout frais arrivent chaque jour en magasin. Un boulot bien rempli que Steven Testaert accomplit avec passion. Il nous en parle.

Quelle est la différence entre un légume et un légume bio ?
Les légumes bio sont cultivés sans pesticides ni engrais chimiques. C’est la plus grande différence. Tout commence avec un sol fertile pour les agriculteurs bio, alors que les agriculteurs conventionnels seront plus enclins à fertiliser les jeunes pousses. Le fermier bio enrichit le sol avec des produits comme du trèfle et des engrais bio. Il protège les plantes en multipliant les variétés et en accueillant des insectes favorables.

“Nous nous basons sur les saisons pour adapter au maximum notre assortiment”

Quels sont les critères pour choisir un fournisseur ou un produit ?
Une bonne relation, transparente, du savoir-faire et de bons accords concernant les produits sont des facteurs déterminants. Nous travaillons exclusivement avec des fournisseurs locaux que j’appelle tous les jours. Je leur demande ce qu’il en est dans les champs et les serres. Le contact personnel est très important pour moi. Nous travaillons pour l’instant avec 10 fournisseurs fixes. Nous tenons vraiment compte des saisons lorsque nous choisissons nos légumes. Si un légume n’est pas en stock car ce n’est pas le bon moment de l’année, eh bien nous ne le vendons pas.
 

Comment peut-on reconnaître les légumes bio en magasin ?
Les légumes bio se reconnaissent au label biogarantie, mais aussi au logo européen bio sur l’emballage. S’ils sont vendus en vrac dans le magasin, vous pourrez retrouver leur fiche sur le présentoir. Cette fiche reprend la mention bio ainsi que le label biologique européen.
 

Pourquoi le bio est-il plus cher ?
La culture des légumes bio demande plus de travail manuel et donc davantage d’heures. Cette différence se reflète dans le prix. Les contrôles doivent également être payés. De plus, le rendement est souvent plus faible, car un agriculteur bio a moins de marge de manœuvre face aux circonstances imprévues. Et si le rendement est plus faible, le prix est plus élevé, tout simplement.

DÉCOUVREZ-EN PLUS SUR LES VITAMINES CONTENUES DANS VOS LÉGUMES >