Reportage

Oxfam, le fair-play d’abord

L’organisation Oxfam Fair Trade prône une réglementation équitable pour le commerce international. Le commerce équitable permet aux producteurs du Sud de voler de leurs propres ailes et de contribuer au développement durable. Plongeons dans le monde du Fair Trade avec John Vanwynsberghe, directeur des ventes d'Oxfam Fair Trade.

Pouvez-nous nous présenter Oxfam en quelques mots ?

L’asbl Oxfam Magasins du monde a été créée en 1971 et l’organisation Oxfam Fair Trade en 2002, rassemblant tous les produits Oxfam sous une même marque. Notre label soutient avant tout la qualité éthique. Nous faisons certifier nos produits par des organismes indépendants et selon les standards internationaux en matière de commerce équitable. Quand c’est impossible, notre propre commission-partenaire, un groupe de bénévoles spécialisés, évalue minutieusement les producteurs.

 

Équitable rime-t-il avec durable, pour Oxfam Fair Trade ?

Bien entendu, nous sommes attentifs au développement écologique et durable, ainsi qu’à l’utilisation des ressources naturelles. Nous mettons l’accent sur des méthodes de production peu énergivores et écologiques, et une politique d’emballage et de traitement des déchets efficace et durable. 

Mais nous ne nous contentons pas de cela : nous mettons sur pied des collaborations à long terme avec les paysans du Sud. Nous garantissons un revenu de base, et les producteurs peuvent donc faire des projets, et se développer de façon durable.

 

Quels sont les liens entre le Fair Trade et le bio ?

Les petits producteurs du Sud travaillent souvent de manière écologique, parfois même depuis des siècles, sans certification bio automatique. Le bio est leur réponse au modèle agricole dominant. La plupart du temps, l’agriculture classique est une monoculture à grande échelle, consommant d’énormes quantités d’eau et d’énergie. Si la charge pour l’environnement de ce mode de production pouvait être répercutée sur les produits, le bio serait un choix logique pour tout le monde.

 

Pouvez-nous nous en dire plus sur un de vos projets Fair Trade ?

Au Laos, nous soutenons les cultivateurs de thé et de riz pour les aider à produire bio et atteindre les normes de qualité exigées sur le marché international. Leurs produits ont récemment reçu le label bio européen cette année. Nous les encourageons par exemple à renouveler leurs plantations de thé à l’aide de boutures et de semences provenant de forêts séculaires. Le thé noir et le thé vert sont cultivés sans pesticides chimiques, et au milieu d’arbres fruitiers qui fournissent à la fois un revenu supplémentaire au cultivateur et de l’ombre aux plantations.

Produit

Photos