Reportage

Oxfam Fair Trade, le fair-play d’abord

L’organisation Oxfam Fair Trade défend une réglementation équitable pour le commerce international. Le commerce équitable permet aux producteurs du Sud de voler de leurs propres ailes et de contribuer au développement durable. Plongeons-nous dans leur univers pour mieux en comprendre les principes.

L’origine du label

L’ASBL Oxfam Magasins du monde a été créée en 1971. L’organisation Oxfam Fair Trade, quant à elle, a été fondée en 2002 et rassemble tous les produits Oxfam sous une même marque. Le label soutient avant tout la qualité éthique. Les produits sont certifiés par des organismes indépendants et selon les standards internationaux en matière de commerce équitable. Quand c’est impossible, les produits sont évalués minutieusement par une commission partenaire propre à Oxfam, composée de bénévoles spécialisés.

 

Fair Trade & durable

Oxfam est attentif au développement écologique et durable, ainsi qu’à l’utilisation des ressources naturelles. L’accent est mis sur des méthodes de production peu énergivores et écologiques, ainsi que sur une politique d’emballage et de traitement des déchets efficace et durable. Mais ils ne se contentent pas de cela : des collaborations à long terme sont mises sur pied avec les agriculteurs du Sud. Un revenu de base est garanti, ce qui permet aux producteurs de réaliser des projets, d’améliorer leurs compétences et de se développer de façon durable.

 

Fair Trade & bio

Les petits producteurs du Sud travaillent souvent de manière écologique, parfois même depuis des siècles, sans nécessairement être certifiés bio. Le bio est leur réponse au modèle agricole dominant. La plupart du temps, l’agriculture classique est une monoculture à grande échelle, consommant d’énormes quantités d’eau et d’énergie. Si le coût environnemental de ces modes de production pouvait être répercuté sur le prix des produits, le bio serait un choix logique pour tout le monde.

 

Pratique et principes

Comment ces principes se traduisent-ils en pratique ? Le projet Oxfam soutient, par exemple, des théiculteurs et riziculteurs au Laos pour les aider à produire de manière bio et à atteindre les normes de qualité exigées sur le marché international. Leurs produits ont d’ailleurs reçu le label bio européen en 2016. Oxfam les encourage par exemple à renouveler leurs plantations de thé à l’aide de boutures et de semences provenant de forêts séculaires. Le thé noir et le thé vert sont cultivés sans pesticides chimiques et au milieu d’arbres fruitiers qui fournissent à la fois un revenu supplémentaire au cultivateur et de l’ombre aux plantations.

Produit

Photos