À l'honneur

Le sucre : on peut s’en passer

Parfois, le sucre ravit nos papilles. Mais trop, c’est trop ! Et tous les sucres ne sont pas bons pour la santé. Nous avons alors fait le choix inverse : diminuer le sucre, pour intensifier le goût. Des friandises pauvres en sucre, pour se faire plaisir… à loisir !

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), nous mangeons en moyenne 150 grammes de sucre par jour, ce qui correspond à 55 kilos de sucre par personne par an. Réduire cette quantité à 50 grammes par jour permettrait non seulement de ne pas prendre de poids supplémentaire mais diminuerait également le risque de maladies cardiovasculaires, de mauvaise dentition et d’os fragiles. Moins de sucre pour une meilleure qualité de vie. C’est bien, non ?

Quelle quantité de sucre pouvez-vous manger ?

Lorsque vous mangez du sucre, une réaction chimique se produit au niveau de votre cerveau et engendre un effet d’addiction : on en veut toujours plus ! Et pourtant, nous n’en n’avons pas besoin d’autant : 25 grammes, ou 6 cuillères à café, correspond à la quantité recommandée par l’OMS. Est-ce peu ou beaucoup ? Quand on sait qu’une canette de cola contient déjà dix cuillères à café de sucre, cela peut faire peur. Le sucre ne devrait constituer au maximum que 5 à 10 % (pour les enfants en pleine croissance) de notre apport journalier en calories.

 

Que faire avec les enfants qui aiment le sucré ?  

Présenter un pot de mousseline de pommes sucrée ou une bouteille de ketchup sucré pour que vos enfants mangent leurs légumes ? Inutile. Vous pouvez aussi faire ceci :

Ce qu’on apprend au berceau…
Habituez très tôt vos enfants à d’autres saveurs, même dès quatre à six mois. Faire redécouvrir à chaque occasion, c’est la meilleure manière d’enrichir la palette de goûts de votre enfant. C’est prouvé que les enfants qui sont habitués tôt à différentes saveurs apprécient davantage la nourriture, une fois adultes.

Compliments au chef
Vos enfants n’ont pas envie de chou-fleur cuit ? Proposez-leur une autre méthode de préparation pour les convaincre : cru, sauté, blanchi, rôti, en sauce, avec d’autres légumes… Les variations sont infinies. Si votre enfant est habitué au goût, il y a de grandes chances que ce chou-fleur cuit lui plaise.

Ajoutez du croquant
Quand les enfants grandissent, leurs préférences en matière de texture changent aussi. Les bébés et les tout-petits préfèrent les purées et les panades alors que les enfants plus âgés aiment une texture plus croquante. Des légumes craquants de fraîcheur ont davantage la cote que les légumes cuits à l’eau, qui, eux, ont tendance à devenir spongieux.

Place à la tranquilité
Faites en sorte que les repas ne se transforment pas en combat « parce qu’il faut finir ses légumes ». Goûter une fois à chaque repas, c’est suffisant pour que votre enfant s’habitue au goût. Si tout le monde est détendu à table, votre enfant sera plus ouvert à de nouvelles saveurs. Montrez-lui que vous appréciez votre repas. Les jeunes enfants vous imiteront et reprendront vos vos bonnes habitudes.