À l'honneur

Délicieux plats d’hiver

Nous y sommes enfin, à la saison des plats mijotés ! Ces préparations au fumet alléchant sont délicieuses et très faciles à préparer. Avec notre checklist « cocottes », vous aurez de quoi remplir votre hiver (et votre estomac !) de combinaisons étonnantes.

Étape 1 : bien s’équiper

Commençons par la base : votre matériel. Cela vaut la peine d’investir dans une casserole robuste à fond épais, qui puisse de préférence se glisser au four. Vous pourrez ainsi laisser mijoter vos préparations plus longuement, pour libérer un maximum de saveurs.

Un autre principe à respecter, c’est le temps. Pour réussir un plat étuvé, il faut y consacrer suffisamment d’heures. Plus il mitonne, plus il aura du goût. Ne le remuez pas trop, laissez-le cuire tout doucement, sans le déranger.

Les plats mijotés peuvent très bien se cuisiner à l’avance. Vous avez de la visite ? Il vous suffit de réchauffer les portions nécessaires !
 

Étape 2 : des ingrédients de qualité

Viande
Pour une recette avec de la viande, optez pour les carbonades, qui renferment plus de gras. Durant la cuisson, ces morceaux s’attendrissent progressivement et vous obtiendrez ainsi une viande qui fond en bouche. Les carbonades de bœuf, de dinde ou d’agneau sont idéales.

Assaisonnez généreusement la viande et faites-la colorer dans la casserole jusqu’à ce qu’elle forme une croûte dorée, ce qui lui donnera davantage de goût. Procédez par petites quantités, pour éviter que la viande ne commence trop vite à mijoter.

Végétarien
Les cocottes de légumes sont tout aussi savoureuses, notamment avec des légumes à chair ferme, qui peuvent mijoter lentement, comme les navets, les panais, les carottes, les choux-raves, les céleris-raves…

Vous pouvez ajouter des alternatives à la viande à votre préparation : lamelles de tempeh sauté, blocs de tofu, seitan, boulettes de légumes… Un conseil : incorporez-les quelques minutes avant de servir. Si elles cuisent trop longtemps, elles deviendront molles et insipides. Le seitan est la seule exception : il peut mijoter plusieurs heures pour absorber les saveurs des légumes et des épices.

Étape 3 : le goût, ça fait tout

  • Ail et oignons :
    toute cocotte qui se respecte doit contenir au minimum 1 oignon, et pourquoi pas de l’ail. L’oignon apporte une saveur douce et pleine à votre plat mijoté. Rouge ou blanc, à vous de choisir. L’oignon rouge est un peu plus doux.
     
  • Liquide :
    bouillon, bière, vin… tout est possible. Envie d’originalité ? Ajoutez du lait de coco dans votre préparation aux saveurs asiatiques ou dans les cocottes au poisson, un trait de jus d’ananas dans un pot-au-feu à l’agneau, de la passata de tomates dans une préparation méditerranéenne avec des carbonades de bœuf, de l’aubergine et du potiron…
  • Épices :
    les grands classiques sont le romarin, le thym et le de laurier. Mais pourquoi ne pas se laisser tenter par 1 bâton de cannelle, des clous de girofle ou de la noix muscade ?
     
  • Légumes :
    les tubercules comme les carottes, les panais et les navets sont recommandés dans les plats d’hiver. Pensez aussi aux choux, aux champignons, au potimarron, aux pommes de terre ou aux patates douces.
     
  • Petit plus :
    laissez de côté les accompagnements traditionnels et transformez votre cocotte en festin avec du millet, du quinoa, du boulgour ou des pâtes grecques. Ne les ajoutez pas trop tôt pour éviter qu’ils soient trop cuits.

Étape 4 : le dressage, ça s’apprend
Les fines herbes fraîches apporteront une touche d’élégance à votre assiette. Pensez, par exemple, à la ciboulette, au basilic, au persil plat pour décorer les cocottes de légumes, ou à la coriandre pour les préparations asiatiques…

Vous pouvez également parsemer votre cocotte de noisettes, d’amandes ou de noix hachées, ou de chapelure assaisonnée que vous passez quelques minutes sous le gril. Ou préparez une gremolata avec du persil ciselé, du zeste d’orange et une gousse d’ail.