À l'honneur

Bio et local : Graines de Curieux

Isabelle Coupienne, la gérante de Graines de Curieux, aide les agriculteurs à cultiver des plantes que, parfois, ils ne connaissaient même pas : quinoa, lentilles vertes, cameline… Ensuite, la société les commercialise. Bienvenue chez Graines de Curieux !

« Vous n’imaginez pas mon bonheur lorsque je me promène dans un champ quand les graines sont occupées à germer. » 

Cultiver des graines inconnues

Isabelle Coupienne est la gérante de la société qui développe et commercialise les produits de Graines de Curieux. « Tous nos produits sont 100 % belges. Nous avons mis sur pied un projet avec plusieurs agriculteurs. Nous les aidons à cultiver des plantes que, parfois, ils ne connaissaient même pas : quinoa, les lentilles vertes, cameline… et nous veillons à ce qu’ils obtiennent un prix équitable pour le produit qu’ils nous fournissent. »

 

Cultiver ce qui peut être vendu

Le contact avec les différents agriculteurs participant au projet de Graines de Curieux revêt une importance cruciale aux yeux d’Isabelle.

« Le contact avec les agriculteurs mais aussi, la relation avec les clients, cela n’a pas de prix. Les agriculteurs sont, bien sûr, le maillon essentiel dans tout le processus car ils cultivent les différentes plantes que nous allons transformer et vendre. Mais on fait ce métier aussi pour les clients évidemment. Lorsqu’on commence une culture, on veut aussi que les produits finis aient du succès auprès du public. »
 

Deviner ce qui va plaire aux clients

Le grand défi consiste à prévoir suffisamment de produits en stock pour répondre à la demande des clients.

« C’est un véritable défi d’évaluer si les consommateurs attendent votre produit. Au début, nous nous demandions si les gens seraient disposés à acheter du quinoa belge. À l’origine du processus, vous devez faire une estimation des ventes à venir. Vous ne voulez évidemment pas voir des rayons vides dans votre magasin parce que vous n’avez pas suffisamment cultivé. Mais d’autre part, vous ne voulez pas rester avec un surplus de produits que vous ne parviendrez pas à vendre. Cette estimation nécessite une grande part de réflexion au préalable. Une fois que le processus de plantation a débuté, il n’y a pas de retour en arrière possible car les cultures ont besoin de temps pour pousser. Planter à la va-vite quelques plantes en plus n’est donc pas une option. »

 

Ne jamais négliger le travail sur le terrain !

Il est parfaitement possible que les cultures de Graines de Curieux et les conditions dans lesquelles elles doivent être cultivées soient encore inconnues de l’agriculteur qui va les prendre en charge. Voilà pourquoi Isabelle est toujours disposée à fournir tous les conseils nécessaires.

« Je suis agronome de formation. Je suis par conséquent toujours occupée à faire des recherches sur nos cultures. Mais je ne néglige pas le terrain. Je me rends régulièrement dans les champs pour surveiller le processus de croissance des plantes. Ces contrôles réguliers me permettent d’effectuer des ajustements si nécessaire.

Vous n’imaginez pas mon bonheur lorsque je me promène dans un champ quand les graines sont occupées à germer et que les premières plantes font leur apparition. Surtout après une journée entière de travail passée derrière mon bureau, c’est un moment de pure détente. »

 

Le rêve d’Isabelle

Les cultures sont pratiquées par différents agriculteurs en Wallonie et en Flandre. Il est donc possible de sélectionner pour chaque type de sol la culture la plus adaptée à ce lieu.

« Certains sols sont plus adaptés à la culture du quinoa, d’autres se prêtent plus à la culture de l’avoine, par exemple. Étant donné que nous travaillons avec des agriculteurs de toute la Belgique, nous sommes en mesure de veiller à ce que leurs champs soient utilisés de manière optimale. Mon grand rêve est d’impliquer encore plus d’agriculteurs dans le projet de Graines de Curieux afin de stimuler et d’augmenter la production locale. »

Photos : Jean-Pierre Gabriel

< Aux résultats de recherche
< En route pour le Tour Local